Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 00:26

de-la-simplification-en-milieu-parlementaire-in-ong-ngos-ru.jpg 

Simplifier disent-ils, comme une grande écrivaine écrivait  "Détruire-dit-elle"

Oui, une mission  parlementaire de "simplification de la vie des associations" s'est mise au travail. Trop de textes, trop de décrets. Les lois se superposent, les décrets d'application ne sont mêmes plus pris. Bref il est temps d'agir. Il me faut donc féliciter nos parlementaires d'une telle initiative. Sauf que ces mêmes parlementaires viennent de voter la loi sur l'Economie Sociale et Solidaire dite loi ESS en rajoutant de nouvelles obligations pour les associations qui reçoivent des subventions !

Je pense qu'il est urgent de nommer un collège d'experts psychiâtres pour étudier le phénomène de la schizophrénie chez les parlementaires. La sénilité peut-être. Pour ma part je penche pour un cumul des deux, tout comme il y a un cumul des mandats !

http://www.lemouvementassociatif-extranet.org/wp-content/uploads/2014/10/Propositions-simplification-Le-Mouvement-associatif.pdf

simplification-de-la-vie-des-associations-actualites-in-on.jpg

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 18:18

Asia-Bibi-pakistanaise-condamnee-a-mort-pour-blaspheme.jpg

Ce blog » consacré à l’humanitaire et aux ONG en général n’a pas vocation à être un lieu de diffusion d’appels à la défense de causes.

Néanmoins, certains événements ou certaines situations m’obligent à réagir. La condamnation à mort de cette jeune femme ne peut que nous mobiliser pour la défendre surtout quand on sait que le motif est « blasphème ».

Quand on pense que certains en France, des religieux de tous poils, voulaient introduire dans notre droit le notion de blasphème et de sacré, on ne peut que frémir.

Répétons-le : le sacré n’existe pas dans la société civile.

Une raison supplémentaire de nous battre pour la laïcité, seule possibilité de vivre en société

Bien amicalement à vous tous et bonne mobilisation 

Francisco RUBIO

l-Orient---Le-Jour.jpg

"Pakistan : une ONG française appelle à gracier la chrétienne Asia Bibi

 

Une ONG française contre la torture et la peine de mort, l'Acat, a appelé vendredi à gracier la chrétienne pakistanaise Asia Bibi, dont la condamnation à mort pour blasphème a été confirmée en appel jeudi par un tribunal pakistanais.

 

"Asia Bibi doit enfin être laissée en paix et pouvoir vivre avec ses cinq enfants. Le président pakistanais, qui dispose du droit de grâce, doit l'exercer de toute urgence en sa faveur", a exhorté Christine Larroque, responsable Asie de l'ONG chrétienne. "La peine de mort est inacceptable en toute circonstance. Cette parodie de justice a assez duré", ajoute-t-elle dans un communiqué.

 

Asia Bibi, mère chrétienne de cinq enfants, avait été condamnée à mort pour blasphème en novembre 2010 après avoir été accusée par des femmes musulmanes de son village, avec lesquelles elle s'était disputée, d'avoir insulté le prophète Mahomet.

Asia-Bibi-condamnee-a-mort-pour-blaspheme---in-ong-ngos-.jpg

Après le rejet de l'appel par le tribunal de Lahore, un avocat de la jeune chrétienne a indiqué vouloir porter l'affaire devant la Cour suprême. Si la peine de mort n'a plus été exécutée au Pakistan depuis 2008, à l'exception d'un soldat condamné en cour martiale, l'Acat s'inquiète du sort d'Asia Bibi, qui "court un risque réel pour sa vie (...) en raison des vives tensions créées dans le pays par la médiatisation de son cas".

La loi sur le blasphème est souvent utilisée contre les chrétiens, mais aussi les Ahmadis, une minorité qui dit appartenir à la religion musulmane mais qui n'est pas considérée comme telle par la législation pakistanaise depuis le milieu des années 1970. Des personnalités politiques ayant plaidé en faveur d'une réforme de la loi, dont le gouverneur du Penjab Salman Taseer et le ministre des Minorités Shahbaz Bhatti, ont, elles, été assassinées par des extrémistes.

 

Source L'Orient-LeJour : http://www.lorientlejour.com/article/891628/pakistan-une-ong-francaise-appelle-a-gracier-la-chretienne-asia-bibi.html

 

Pétition sur le site de l'ACAT : http://www.acatfrance.fr/action/condamnation-a_mort_confirmee_pour_asia_bibi


Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:20

David-HAINES.jpg

L'heure n'est pas à la polémique. David Haines, travailleur humanitaire de l'ONG Acted a été assassiné par des groupes terroristes.

Nous reproduisons simplement ici un article publié dans Slate qui fait état des déclarations du président américain sur la situation des otages dans cette partie du monde et pas seulement dans cette partie.

Demain il faudra pourtant évoquer cela et je le ferai dans un article sans fard. Je présente ici mes plus sincères condoléances à la famille de David Haines. Aujourd'hui tous les humanitaires sont en deuil.

 

Francisco Rubio

http://m.slate.fr/story/92093/otages-rancon-etats-unis-france

 

Slate (« ardoise » en français) est un magazine en ligne américain lancé en 1996. Il propose quotidiennement de nouveaux articles, couvre la politique, l'économie, la culture et le sport. Il vit des recettes publicitaires et est disponible gratuitement depuis 1999.

En 2009, les journalistes Jean-Marie Colombani, Éric Leser et Johan Hufnagel, assistés de l'économiste Jacques Attali, créent une version française du magazine1 à laquelle vient s'ajouter, en 2011, une version africaine (http://www.slateafrique.com/)

 

logo-acted-in-ong-humanitaire-rubio-keirn.jpg

http://www.acted.org/fr

Notre mission : apporter une réponse adaptée à des besoins précis

Indépendante, privée et à but non lucratif, l’ONG ACTED (statut association loi 1901) œuvre dans le respect d’une impartialité politique et religieuse stricte, selon les principes de non-discrimination et de transparence, et nos valeurs de responsabilité, d’impact, d’esprit d’entreprise et d’inspiration.

ACTED s’engage à répondre aux urgences et à développer la résilience face aux situations de crise, à promouvoir une croissance inclusive et durable, et à renforcer la société civile, la bonne gouvernance et la cohésion sociale.

Rapport d'activité 2013 : https://docs.google.com/file/d/0BxNJe1liUpnnbHNwakxjR0F6U3c/edit

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 00:25

poutine-aime-les-ong-in-rubio-ong-humanitaire.jpg

"Plus de 170 opposants, dont l'écrivain Edouard Limonov, ont été interpellés dimanche [14 avril 2013 ] alors qu'ils tentaient de prendre part à des manifestations non autorisées à Moscou et à Saint-Pétersbourg pour protester contre le déroulement des législatives, a annoncé la police dans ces deux villes." (in Le Monde)

1613251_3_4369_des-officiers-de-police-russes-interpellent-.jpg

 

Que ce soit à l’époque des tsars où l’on parlait alors d’associations internationales ou transnationales ou sous l’ère de la dictature communiste, les structures représentant la société civile organisée ne sont pas les bienvenues. 

 

Pour les faire disparaître tous les prétextes sont invoqués preuves à l’appui de préférence : agents de l’étranger, activités antisoviétiques, criminels en bandes organisées, espionnage… La liste serait trop longue à énumérer tant l’imagination est fertile en ce domaine.

 

La Russie « démocratique » de Vladimir Poutine ne fait pas exception. Depuis longtemps les ONG font l’objet de « poursuites ».Cela commence par des subtilités administratives qui échappent au commun des mortels puis, lorsque le « leader » se sent plus assuré, on passe au vote d’une loi, puis aux opérations de police. 

 

Comme partout le « fisc » est mis à contribution, frappant ainsi de son sceau  d’indignité nationale frauduleuse les coupables. Il est vrai que le prétexte fiscal est souvent avancé pour combattre ceux qui déplaisent. Y compris en France. 

 

Mais revenons à la Russie. Aujourd’hui l’attaque contre les ONG est massive et ouverte. Sans aucune retenue. Malgré les protestations de quelques responsables politiques européens, Poutine poursuit son travail  aussi bien d’ailleurs contre les ONG nationales qu’internationales. 

 

Une telle politique s’explique par le fait que les ONG sont aujourd’hui en Russie le dernier rempart sérieux contre la dérive totalitaire en demandant tout simplement le respect des droits constitutionnels russes ou de la Convention européenne des droits de l’homme. Les ONG sont la seule facette encore active de la société civile organisée. 

 

L’article du journal le Figaro (ci-dessous) illustre parfaitement la situation locale. Il est donc urgent de soutenir le combat des ONG russes et aussi des ONG internationales qui choisiront, contre vents et marées de rester sur place. 

F. Rubio.

 

Extraits du FIGARO 

"Correspondant à Moscou

L'offensive juridique menée par les autorités russes contre les ONG se transforme en un bras de fer à l'issue incertaine. Première visée, l'association Golos, spécialisée dans le contrôle des élections, a porté plainte contre le ministère de la Justice qui avait sommé cette organisation de s'inscrire dans le registre des «agents de l'étranger». Une dénomination officielle, déjà en vigueur au temps des répressions staliniennes, et que doit désormais épouser toute ONG exerçant une «activité politique» et bénéficiant de sources financières occidentales."

Lire la suite

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 10:31

Julian Assange fondateur de WikiLeaks in ong humanitaire ru

 

 

Pour Julian Assange

 

Je ne connais pas Julian Assange. Je sais simplement, comme chacun d’entre nous, qu’il est le fondateur de Wikileaks et par une émission récente de télévision que c’est un personnage insupportable, à la personnalité complexe avec disons, pour faire simple, un ego surdimensionné. Ses anciens associés dans Wikileaks le décrivent comme autoritaire ayant perdu tout sens de la mesure après la réussite de Wilikeaks et n’écoutant que lui-même. Je ne sais pas. J’imagine aisément que toute aventure humaine entreprise à plusieurs qui se solde par un immense succès suscite très rapidement des rivalités entre les fondateurs chacun envisageant l’avenir de l’entreprise d’une façon différente pour des raisons humaines évidentes. Il y a les prudents qui veulent gérer en bon  père de famille, les audacieux, ceux qui font cela pour l’amour de l’invention etc. 

 

Peu importe. Wikileaks grâce à Julian  Assange a été un formidable moyen d’information planétaire et il n’est pas sans intérêt que ce soit un anglo-saxon, Julian est australien me dit-on, qui ait dirigé cette entreprise. En effet, comme chacun sait les anglo-saxons sont devenus les champions de la presse d’investigation et de la « redevabilité », ce souci de rendre compte à la population. Un maître mot, surtout dans la bouche des dirigeants politiques des pays de cette zone. Chacun est tenu d’être transparent, de ne rien dissimuler. Aujourd’hui les politiques utilisent sans bornes le tweet, les réseaux sociaux, Facebook etc. Les bourdes, volontaires ou non se multiplient. L’essentiel est de garder 24/24 et 7/7 le contact avec le public. Moyennant quoi ils communiquent sur tout et n’importe quoi, sauf peut être l’essentiel. 
 

wikileaks-julian-assange-time-cover

Quoi qu’il en soit Wikileaks a été un formidable « boomerang » car pour une fois il y a de la vraie information. De l’information qui nous intéresse. Là les politiques nous disent qu’ils ne veulent plus jouer à informer et que nous avions mal compris. Que la liberté de l’information était la liberté de diffuser leurs informations. 
 

Il était donc temps pour eux de mettre un terme à l’aventure Wikileaks ! D’une façon honteuse les chantres de la transparence, les autorités suédoises,  ont donc monté de toute pièce avec l’appui des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne une  opération d’élimination de Julian Assange. L’affaire était bien ficelée. Les anglais à la demande des autorités suédoises arrêtent Assange pour une prétendue affaire de viol, donc les féministes si puissantes aux Etats-Unis et en Suède ne pouvaient que se réjouir ou au mieux ne rien dire et les démocrates ne pouvaient que s’effacer face à des poursuites aussi peu glorieuses.  

 

A mon avis les autorités suédoises auraient été encore mieux avisées de demander une extradition pour pédophilie ! Mais...Peut-être un peu dangereux, osé, pour un  pays qui fait du tourisme sexuel en Asie un sport national. Peut-être les autorités craignaient-elles des révélations dans Wikileaks !!!

 Wikileaks-founder-Julian

Quoiqu’il en soit la « ficelle » est un  peu grosse et chacun sait que la destination finale de Julian Assange aurait été les USA où non seulement il n’aurait pas eu un procès équitable mais ou sa vie aurait été en danger. Un assassinat ciblé de la CIA ou du FBI n’était pas à exclure. De ce côté-là Obama n’a rien à envier à GW Bush.

N’oublions pas que malgré les promesses d’Obama les Etats-Unis sont les heureux propriétaires du camp de Guantanamo sur l’Île de Cuba une parfaite insulte à la légalité la plus basique y compris par rapport au droit américain.

Il faut donc rendre hommage ici à ce petit pays qu’est l’Equateur qui, pour le moment en tout cas, sauve l’honneur des démocraties en accordant à Julian Assange l’asile politique en s’appuyant sur des arguments de droit très précis : à savoir l’absence de garanties pour la vie de Julian Assange et l’absence de garanties quant à un procès équitable aux Etats-Unis. Sévère leçon pour nos amis anglais, américains et suédois. Humiliante déconvenue ! Car il faut que ce soit un modeste pays d’Amérique Latine qui viennent ici rappeler à leurs devoirs les dirigeants des grandes démocraties occidentales. 

Alors oui, je suis aujourd’hui un inconditionnel de Julian Assange de la même façon que je soutiens les « Pussy Riot ».

      julian assange

Il faut que les « Julian Assange » se multiplient dans le monde et qu’enfin l’information circule, c'est-à-dire la vraie information, celle qui dérange. Le secret d’état et le fait du prince n’ont plus lieux d’être aujourd’hui.

 

Francisco Rubio.

Maître de conférences à l’université du Mans.

 

DOCUMENTS

 

   

Je suis ici parce que je ne peux pas être plus proche de vous. Je vous remercie d'être ici. Nous vous remercions de votre détermination et de votre générosité.

Le mercredi soir, après une menace a été envoyée à l'ambassade, et la police est descendu sur le bâtiment, vous êtes venu au milieu de la nuit pour veiller sur elle, et vous a fait les yeux du monde avec vous.

A l'intérieur de l'ambassade, à la nuit tombée, je pouvais entendre les équipes de la police se mettre en place dans les bâtiments grâce à l'escalier de secours interne, mais je savais qu'il y aurait des témoins. Et c'est à grâce à vous. Si le Royaume-Uni n'a pas jeté les Conventions de Vienne aux orties, l'autre soir, c'est parce que le monde est attentif.

La prochaine fois que quelqu'un vous dit qu'il est inutile de défendre ces droits qui nous sont chèrs, rappeler leur votre veillée dans l'obscurité devant l'ambassade de l'Équateur, et comment, le matin, le soleil s'est levé sur un monde différent, et comment une courageuse nation latino-américaine a pris position pour la justice.

Et donc, pour ces braves gens. Je remercie le président Correa pour le courage dont il a fait preuve lors de l'examen et de m'avoir accordé l'asile politique.

Et je remercie le gouvernement et le ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patiño, qui ont réaffirmé la Constitution équatorienne et c'est notion de droits universels, dans leur examen de mon cas. Et pour le peuple équatorien pour soutenir et défendre la présente Constitution.

Et j'ai une dette de gratitude envers le personnel de cette ambassade, dont les familles vivent à Londres, qui m'ont montré de l'hospitalité et de la gentillesse malgré les menaces qu'ils ont reçu.

Ce vendredi, il y aura une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'Amérique latine à Washington DC, pour remédier à cette situation. Et je suis reconnaissant pour les peuples et les gouvernements de l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, El Salvador, Honduras, Mexique , au Nicaragua, à l'Argentine, au Pérou, au Chili, au Venezuela, à la Colombie et à tous les autres pays latino-américains qui sont venus pour défendre les droits de l'asile. 

Pour les citoyens des États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède et la France, qui ont m'ont soutenu avec force, même si leurs gouvernements ne l'ont pas fait. Et ces têtes plus sages au sein du gouvernement qui se battent encore pour la justice. Votre jour viendra. Pour le personnel, les partisans et les sources de WikiLeaks, dont le courage et l'engagement et la loyauté n'ont pas vu d'égal. Pour ma famille et à mes enfants qui ont été privés de leur père. Pardonnez-moi. Nous reviendrons bientôt. Comme WikiLeaks est menacée, tout comme la liberté d'expression, et la santé de nos sociétés.


Nous devons utiliser ce moment pour exprimer le choix qui est présenté au gouvernement des États-Unis d'Amérique : sera-ce le retour et la réaffirmation des valeurs sur lesquelles wikileaks a été fondée ? Ou sera-ce un pas dans le précipice, nous faisant tous glisser dans un monde dangereux et oppressif, dans lequel les journalistes se taisent de crainte des poursuites et où les citoyens se doivent de murmurer dans le noir?

Je dis qu'il lui faut rebrousser chemin. Je demande le président Obama de faire le bon choix. Les Etats-Unis doivent renoncer à sa chasse aux sorcières contre WikiLeaks. Les États-Unis doivent dissoudre l'enquête du FBI est. Les Etats-Unis doivent jurer qu'ils ne chercheront pas à poursuivre notre personnel, nos supporters. Les Etats-Unis doivent s'engager devant le monde qu'il ne poursuivront pas les journalistes pour faire briller une lumière sur les crimes secrets des puissants.

Il n'y a pas plus stupide que de poursuivre les médias, que ce soit Wikileaks ou le New York Times. 

La guerre des administrations américaines faites aux dénonciateurs doit cesser.

Thomas Drake, William Binney, et John Kirakou ainsi que les autres héroïques dénonciateurs aux États-Unis ne devraient-ils pas être graciés et obtenir des compensations pour les épreuves endurées au service du public ?

Et l'armée privée qui reste dans une prison militaire de Fort Leavenworth (Kansas), qui a été trouvée par l'ONU d'avoir enduré des mois de détention tortueux à Quantico (Virginie), et qui n'a pas encore-au bout de deux ans de prison, pour voir un procès , doivent être annulée.

Et si Bradley Manning vraiment comme il est accusé, il est un héros, un exemple pour nous tous, et l'un des leaders mondiaux des prisonniers politiques. Bradley Manning doit être libéré. ​​Le jeudi, mon ami, Nabeel Rajab, a été condamné à 3 ans pour un tweet.

Vendredi, un groupe russe (les Riot Pussy) ont été condamnés à 2 ans de prison pour un performance politique.

Il y a unité dans l'oppression. Il doit y avoir une unité et une détermination absolue dans la réponse.


      Julian+Assange+Appears+Court+Extradition in ong humanitaire

Cliquez fort ! :wikileaks logo

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 10:36

meurtres-collobrieres-var.jpg 

Non Monsieur Hollande la République n’est pas atteinte !

Le président de la République a déclaré le 18 juin 2012 à l’occasion de l’assassinat ou du meurtre (il appartiendra à la justice de qualifier les faits pénalement) de deux gendarmes dans la Var que « la République était atteinte » 

Surprenante déclaration. En effet,  on voit mal comment l’acte criminel isolé d’un forcené dans un modeste village de campagne du sud de la France, sans aucune autre intention que celle de tuer,  pourrait porter atteinte à la République. Sauf à considérer que la République est agonisante ou bien mal en point. Que cela porte atteint au crédit des magistrats semble évident et je n’aimerais pas être dans la peau des juges toulonnais qui ont considéré l’individu comme « en pleine forme ». La République a parfaitement fonctionné et réagi, dans un cadre légal, puisque gendarmes et magistrats ont procédé dans un temps record à l’arrestation du présumé coupable, qu’il n’y a pas eu d’émeutes ou de crimes de vengeance et qu’aujourd’hui tout semble calme.  

Il faut faire attention à l’utilisation des mots surtout quand on occupe la magistrature suprême et ne pas faire des rapprochements dangereux qui pourraient effectivement « in fine » porter atteinte à la République alors que l’on est censé avoir été élu pour défendre cette même République. Pourquoi ne pas parler non plus à cette occasion de crime contre l’humanité ou de tentative de génocide ou de nettoyage ethnique  !!!!!! 

La République n’a rien à voir dans cette affaire. Par contre le débat autour de la candidature de Madame Royal et la tentative de négationnisme du vote souverain du peuple me semble porter beaucoup plus surement atteinte à la République. Ou encore la faillite des élites qui encouragent le « bon peuple » Grec à payer des impôts alors que soi même on s’abstient de le faire en bénéficiant de tous les privilèges de directeur du Fonds monétaire international comme Madame Lagarde ou de membre de la Commission européenne. Bref le danger pour la République ne vient pas du peuple mais de ceux qui sont censés la diriger.

Salutations républicaines.

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 23:48

laicite in ong-humanitaire francisco rubio

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire sur ce site combien la laïcité était un « combat » d’actualité et de rappeler que la laïcité à la française était d’abord le droit de ne pas « croire » en un dieu ou de pratiquer une religion. Cette conception est directement issue des fondements de la Révolution française.

C’est la grande différence avec la Révolution américaine ou la notion de laïcité consacre le droit pour chacun de pratiquer la religion de son choix. C’est évidemment très différent et pour ne pas dire opposé comme philosophie.

La Cour suprême des Etats-Unis d’Amérique dont on connaît la force de la jurisprudence vient de confirmer ce principe et d’une façon éclatante et disons le très choquante pour nous. Une ONG américaine, la plus puissante aujourd’hui, World Vision avait licencié trois de ses employés parce qu’ils ne semblaient pas manifester suffisamment leur foi chrétienne qui est à la base de la philosophie d’action de World Vision. Rappelons ici que WV c’est plus de deux milliards de budget annuel, plus de 30000 employés de part le monde et avec pour mission le parrainage d’enfants dans le monde. (voir : www.worldvision.com)

Cette ONG n’a jamais caché sa foi chrétienne et il suffit pour s’en convaincre de parcourir son site web. Par contre elle se défend de tout prosélytisme ce dont beaucoup doute. La lecture des différents portails de World Vision laisse assez perplexe et ne peut que nous interroger malgré les affirmations disons de « façade ».

Quoiqu’il en soit World Vision se défendait contre ses anciens salariés en faisant valoir qu’eu égard à ses convictions elle devait pouvoir n’engager que des salariés manifestant clairement leu foi chrétienne. Le 3 octobre 2011 la Cour suprême américaine a consacré cette position c'est-à-dire le droit de discriminer l’embauche en fonction des convictions religieuses ce que le président de World Vision, Richard Stearns, a salué dans un communiqué de presse que l’on peut lire sur le site de World Vision. Communiqué dont les termes sont particulièrement et que l’on peut lire ci-dessous :

AFP 4 - 03.10.2011 22:04:00 - USA-justice-religion-ONG

USA: une organisation humanitaire autorisée à n'embaucher que des Chrétiens.

WASHINGTON, 3 oct 2011 (AFP) - La Cour suprême des Etats-Unis a confirmé lundi une décision d'une juridiction inférieure autorisant une organisation caritative chrétienne à embaucher ou licencier sur la base de l'appartenance religieuse.

La cour d'appel du 9e circuit avait en août dernier estimé que World Vision, une importante organisation humanitaire américaine, était une organisation religieuse et qu'à ce titre elle était exemptée des obligations sur la discrimination religieuse.

Elle avait été saisie par trois anciens employés de l'organisation, licenciés en 2007 à la suite d'un désaccord sur les conditions d'appartenance chrétienne à l'embauche. 

La Cour suprême a refusé de se saisir de ce cas lundi, confirmant de ce fait la décision d'appel.

Cette décision "représente une victoire majeure pour la liberté de toutes les organisations religieuses qui recrutent des employés de même croyance, qu'il s'agisse de musulmans, bouddhistes, juifs, chrétiens ou d'autres religions", a déclaré, dans un communiqué, Richard Stearns, président américain de World Vision.

Il s'est dit "satisfait, soulagé et encouragé" par cette décision après quatre ans de procédures. "Notre foi chrétienne représente la fondation de notre oeuvre depuis la naissance de notre organisation en 1950 et notre politique d'embauche est vitale pour l'intégrité de notre mission au service des pauvres en tant que disciples de Jésus-Christ", a-t-il ajouté.

Il est peu probable qu’une telle situation puisse se produire en France mais les nombreuses manifestations religieuses de ces dernières années (port du voile, retour d’un communautarisme actif, intervention des églises dans les campagnes électorales, etc.) nous incitent à être très vigilant et la « mollesse » des politiciens actuels n’est guère encourageante ce qui est un facteur supplémentaire pour moi de mener le combat avec de plus en plus de forces.

Francisco Rubio
Maître de conférences


Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 00:32

picto humeurs n°11 - Spécial laicitéA propos de laïcité, d’humanitaire et d’ONG et d’un débat en France.

 

Médecins sans frontières, Médecins du monde, Handicap International, Action contre la faim… Les noms de ces ONG nous sont familiers. Ces ONG que l’on regroupe sous le titre générique de « French Doctors » s’inscrivent dans une double mouvance : le « Sans frontiérisme » d’une part ; la laïcité à la française d’autre part. Précisons ces concepts. 

Le « Sans frontiérisme » naît d’une guerre et d’une philosophie. Une guerre ; celle du Biafra dans les années soixante qui voit une province du Nigeria se soulever pour son indépendance. Pour des raisons classiques : une province riche et chrétienne contre un pays plutôt pauvre dans son ensemble et musulman. Une philosophie : celle de l’application du droit international humanitaire (Conventions de Genève du 12 août 1949 entre autres) par les Etats et une organisation : la Croix-Rouge. 

La Croix Rouge, mandaté par les Etats, qui agit en tant que gardienne des Conventions de Genève et qui a pour finalité la protection des populations et l’aide humanitaire ne peut «concevoir » celles-ci que dans le respect de la souveraineté de l’Etat. Il ne peut politiquement et juridiquement en être autrement car ces traités sont des traités internationaux qui ne peuvent entrer en vigueur que par la volonté des Etats. Pour les «Sans frontièristes» qui n’ont aucun mandat du droit international la lecture qu’ils font des Conventions de Genève est que le besoin humanitaire de la population doit primer le respect de la souveraineté de l’Etat c'est-à-dire sa frontière.

L’autre pilier des ONG humanitaires françaises c’est la laïcité. Tout comme le Comité international de la Croix-Rouge. Avec une spécificité pour les ONG françaises : une laïcité qui trouve sa source dans la loi de 1905 mais surtout sa philosophie dans les principes issus de la Révolution française. Ce deuxième terme de l’équation est essentiel et la référence à la loi de 1905 serait inopérante sans cette précision. La laïcité à la française c’est d’abord et avant tout le droit pour tout individu de ne pas avoir de religion. Idée totalement neuve au XVIIIème siècle .La laïcité à la française ce n’est pas l’organisation des cultes et leur place dans la République mais le droit fondamental de l’individu à être sans dieu, voir sans dieu ni maître pour reprendre une formule célèbre du XIXème siècle. La loi de 1905 vient compléter ce principe.

Rappelons ici, à propos de la laïcité du Comité international de la Croix-Rouge, que le débat à longtemps fait rage entre les fondateurs de cette organisation et le Vatican. Ce dernier voyait dans ce nouvel humanitaire une véritable machine de guerre calviniste, habillé de laïcité, contre la papauté et l’église catholique, qui pour leur part étaient les gardiens «naturels» du temple humanitaire par délégation divine ; laquelle trouvait son origine dans les notions de « Paix de dieu » ou de « Trêve de dieu ». Bref déjà l’opposition humanitaire laïc/ humanitaire religieux, solidarité contre charité, philanthropie contre générosité.

Les ONG « French Doctors » et les instances genevoises de la Croix-Rouge sont des exceptions dans le paysage humanitaire. En effet, les ONG dîtes humanitaires sont à 80% des organisations qui trouvent leurs racines et le revendiquent dans des religions. Les plus importantes les plus nombreuses sont chrétiennes et plus précisément catholiques. Ces dernières sont un peu le bras « laïc » des missions étrangères de l’Eglise, le prosélytisme en moins. Nous verrons pourquoi ensuite. Dans cette catégorie « Caritas Internationalis » est le réseau le plus important avec plus de 146 membres dans plus d’une centaine de pays. En France, la déclinaison de Caritas est le Secours Catholique, aux Etats-Unis Catholic Relief Services (CRS) ; en Allemagne, pays de naissance de la Caritas, c’est Caritas Verband, etc. Un budget considérable et une organisation calquée sur celle de l’Eglise. 

La plus importante ONG au monde est World Vision, plus connue maintenant en France sous le nom de « Vision du monde » avec 2 milliards de dollars de budget annuel. World Vision est proche des mouvements évangélistes américains. Les ONG protestantes sont aussi très nombreuses et puissantes. Les ONG juives sont aussi présentes dans le secteur humanitaire ou encore l’Islam dans toutes ses branches. L’une des plus récentes et des plus connues est Islamic Relief. Mais beaucoup d’ONG se réclamant de l’Islam sont sous le contrôle d’Etats directement ou indirectement. « Paradoxalement » la plus connue et la plus active est Islamic Relief (Secours Islamique France) qui est née dans des pays laïcs et semble-t-il n’arrive pas à s’implanter dans les pays à dominante musulmane. Un cas à méditer et à étudier de plus près. 

Si toutes les ONG confessionnelles les plus significatives disent aujourd’hui ne pas faire de prosélytisme et si on peut leur faire crédit de cette « profession de foi », il faut aussi rappeler que les principaux bailleurs de fonds de ces ONG sont des Etats ou des organisations internationales du système onusien ou non, qui tous « imposent » aux récipiendaires le strict respect de la laïcité et donc contre mauvaise fortune il faut bien faire bon cœur comme le dit le proverbe. 

A défaut d’acceptation des principes laïcs il est impossible de recevoir des financements publics, nationaux en Europe ou aux Etats-Unis ou des financements publics internationaux comme ceux de la Banque Mondiale, des agences des Nations unies ou de l’Union européenne. Néanmoins ceci n’empêche pas très régulièrement d’avoir des critiques sur l’aspect prosélyte du travail de certaines de ces organisations.

Rappelons ici, ce qui est parfois oublié et en tout cas de plus en plus souvent contesté, que nous vivons dans un monde international laïc fortement inspiré des principes de la Révolution Française. Par chance, les promoteurs du droit international contemporain ont pratiquement tous été « élevés » dans les principes de la philosophie des Révolutions américaines et françaises et ont construit une société internationale inspirée des principes laïcs. Ni la Charte des Nations unies, ni le traité établissant le Conseil de l’Europe ou l’OCDE ne font une quelconque référence à dieu. 

Ainsi la Charte des Nations unies* commence par : Nous Peuples des Nations unies… » faisant très clairement le choix de placer l’humain au centre du débat sans aucune autre référence à un quelconque être supérieur. Les traités internationaux sont laïcs et la Déclaration universelle des droits de l’homme est sans la moindre référence religieuse dans son préambule. Ce n’est qu’à l’article 18* qu’il est fait mention de la liberté d’exercer sa religion mais aussi et surtout de la possibilité de changer de religion bref d’être «apostat» si on le veut. L’article en question commence d’ailleurs par poser ce principe !!! 

Mais à la différence des XIXème et XXème siècle nous assistons depuis le début du nouveau millénaire à des tentatives d’introduction ou d’instillation de références religieuses dans des textes internationaux. Le retour manifeste du communautarisme le plus étroit n’y est pas étranger. On mesure ici combien une référence à des racines religieuses pour la construction de l’Europe aurait été une catastrophe et la négation même de l’idée d’Europe universelle. 

Dès lors comment pourrait-ion se désintéresser dans un tel contexte d’un débat sur la laïcité dans le pays qui est par excellence historiquement et philosophiquement le porteur de la notion de laïcité. A quel titre pourrait-on contester à un parti politique le droit de débattre de ce sujet ? Les partis politiques ont pour vocation la prise du pouvoir et donc «in fine» l’organisation à un moment donné de la Cité. Il est tout à fait légitime qu’un débat puisse avoir lieu. L’instrumentalisation du débat est autre chose.

La tribune de la « Conférence des responsables de culte en France » qui regroupe les représentants de six instances responsables est très intéressante à plusieurs titres. Une première lecture donne à penser que la laïcité est d’abord faite pour protéger les religions et la pratique du culte. C’est une lecture très particulière de la notion de laïcité. Pas une fois cette déclaration ne croit utile de rappeler que la laïcité c’est d’abord le droit de ne pas croire en une religion et c’est donc l’aspect protecteur de la laïcité à la française qui est passé sous silence. Passons. Ensuite les signataires écrivent : « La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous paraît capital….. »

Ce vibrant hommage à la laïcité s’imposait car les combats menés par les religieux de tous poils contre la laïcité et la République ne sont pas encore très éloignés de nous. Gageons même que pour certains ils sont encore d’actualité. Il faut prendre acte ici de cette volonté. Il faut simplement espérer que sous le mot laïcité nous mettons bien le même contenu. Il faut aussi espérer que les « six » auront à cœur de vouloir diffuser cette idée à travers le monde et notamment au Proche et Moyen Orient pour ne citer « par hasard » que cette région du monde. Espérons aussi que les « six » ont à l’esprit que les principaux conflits actuels se déroulent dans des pays où il y a à la fois négation du laïc et prosélytisme religieux. Hélas les exemples sont très nombreux. Et quand nous disons laïc nous disons laïcité à la française et non pas à l’américaine qui est un communautarisme où la coexistence entre ses composantes n’est possible que grâce à des spécificités très particulières.

Dans le monde des ONG comme dans les autres espaces l’esprit laïc est celui qui permet la coexistence pacifique des cultures et des peuples, l’égalité et la liberté. Rendons hommage aux femmes et aux hommes de 1791 qui ont insufflé cet esprit sans lequel la loi de 1905 n’existerait pas. Réjouissons nous que la laïcité à la française soit partagée aussi profondément par les représentants des cultes qui en font un socle commun. 

Francisco Rubio.

Maître de conférences à l’université du Mans et à Webster University Genève.


-o0o-
 

*Article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. »

*Texte du préambule de la Charte des Nation unies :

"Résolus

à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l'espace d'une vie humaine a infligé à l'humanité d'indicibles souffrances,

à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,

à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,

à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Et à ces fins

à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l'un avec l'autre dans un esprit de bon voisinage,

à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales,

à accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu'il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l'intérêt commun,

à recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples,

Avons décidé d'associer nos efforts pour réaliser ces desseins

en conséquence, nos gouvernements respectifs, par l'intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations Unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations Unies."

Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 16:37

RUBIO HUMEURS9

Droit d’ingérence, devoir d’ingérence,
« ingérence humanitaire » et situation en Lybie.

 

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément ».
Nicolas Boileau-Despréaux . L’art poètique, 1674.

 

Le mot ingérence fait peur. Il rappelle le sinistre époque de la politique de la « canonnière ».  C’est pourquoi j’ai dans mon précédent bulletin clarifié la notion d’ingérence entre Etats et précisé le cadre juridique des relations internationales d’aujourd’hui (voir Humeurs N°8). 

 

Alors quelles différences entre le droit d’ingérence étatique et l’ingérence humanitaire ? Quand le fondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde, Bernard Kouchner a, à la fin des années soixante dix,  relancé le concept de droit d’ingérence avec l’appui d’un éminent juriste, le professeur Mario Bettati, à quoi pensait-il exactement ?  A l’action armée des Etats dans le cadre du Chapitre VII de la Charte des Nations unies (voir) ? A l’intervention d’acteurs privés sur le terrain pour porter secours aux populations dans le droit fil du tout récent (à l’époque) mouvement « Sans frontièriste » ?

Tentons d’expliciter ces concepts confondus les uns avec les autres pour le plus grand préjudice de l’opinion publique qui ne s’y retrouve pas.

 

D’abord l’action humanitaire.

Comment peut-on  définir l’action humanitaire ? Aujourd’hui on a tendance à ranger sous le vocable « action humanitaire » un peu tout et n’importe quoi. C’est ainsi que l’on y range,  y compris sur le site de grandes ONG,  des politiques d’aide au développement, de micro crédit, des  programmes de santé, etc. Cela contribue à brouiller l’image de la réalité de l’action humanitaire et à rendre son message totalement  inaudible. 

 

L’action humanitaire est tout simplement en temps de crise, humaine ou naturelle, l’allègement des souffrances des populations. 

L’action humanitaire  n’est en aucun cas une action de développement ou de soutien à des programmes de santé. 

D’ailleurs, il existe une définition juridique de l’action humanitaire qui est aujourd’hui encadrée par des conventions internationales précises comme les Conventions de Genève du 12 aout 1949 ou la convention de Genève sur le droit des réfugiés de 1951. Au total plus d’une centaine de traités. Il faut ici souligner que les conventions de Genève ont été signées et ratifiées par plus de 188 Etats,  c’est à dire par plus d’Etats qu’il n’y a d’Etats membres des Nations unies. L’organisation emblématique de ce type d’action est le Comité international de la Croix Rouge qui existe depuis 1863 et a été fondé, entre autre,  par Henry Dunant.
L’alpha et l’Omega de cette action passe par le respect de la souveraineté des Etats et la mise en œuvre de l’action est confiée à des organisations humanitaires. 

 

Qu’appelle-t-on « mouvement sans frontiériste » ? 

Les organisations « sans frontièristes » sont nées dans le sillage des mouvements soixante-huitards en réaction à la politique de la Croix Rrouge.  Les « sans frontiéristes » respectent les Conventions de Genève dans leur esprit. C'est-à-dire que les « sans frontièristes » considèrent que le besoin humanitaire de la population est essentiel et donne le droit aux ONG de s’affranchir du respect des frontières et de porter secours aux populations. L’individu prime l’Etat dans l’esprit parfait de la philosophie du Siècle des Lumières qui a mis l’Homme au centre des préoccupations.

 

L'ingérence humanitaire

Donc l’ingérence humanitaire c’est tout simplement  le droit que s’octroient les ONG « sans frontièristes » d’intervenir sur le terrain, directement auprès des populations, au nom des principes supérieurs du droit des populations à une aide humanitaire.

 

Alors par rapport à la Lybie comment articuler toutes ces notions ? 

En réalité juridiquement les choses sont « simples » : les Etats ne peuvent intervenir que dans le cadre de la Charte des Nations unies après autorisation du Conseil de sécurité si ce dernier considère qu’il y a dans le cadre du Chapitre VII une menace à la paix ou une situation humanitaire qui le justifie, selon la dernière évolution politique de l’interprétation de la Charte. 

Le feront-ils ? C’est peu probable pour plusieurs raisons. D’abord il faudrait que les cinq Membres permanents du Conseil n’opposent pas un veto. On voit mal à cette heure précise la Chine ou la Russie ne pas opposer un veto. 

Mais à considérer qu’il n’y ait pas de veto,  la situation humanitaire actuelle peut-elle justifier une action militaire ? Cela reste à prouver. 

Reste donc « l’ingérence des humanitaires » : la situation lybienne peut justifier une action des organisations  privées. A leurs risques et périls. Mais c’est leur honneur, leur courage et leur raison d’être qui sont ici questionnées. Comme chaque fois dans ce type de situation. L’ingérence humanitaire des ONG répond à l’impératif éthique et juridique du droit pour les populations de recevoir une aide. Ce que les deux résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies avaient en leur  temps rappelées*

 

*Nous reviendrons dans un autre bulletin sur les résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies, dites "résolutions du droit d’ingérence", qui méritent une explication car elles sont à l’origine de grandes confusions.


-o0o-
.
-o0o-
Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:40

RUBIO HUMEURS7« Hier vous n’étiez qu’une foule. Vous êtes un peuple aujourd’hui »*
ou comment la diplomatie s’empêtre.

 

A plusieurs reprises l’occasion m’a été fournie d’écrire sur le rôle de la société civile et de ses structures organisées, comme les ONG, dans les relations internationales ou l’évolution des nations. Les événements d’Afrique du Nord en particulier et du monde arabe en général des dernières semaines illustrent presque jusqu’à la caricature ce rôle essentiel. Cette caricature est encore plus évidente et cruelle aujourd’hui en France, où que ce soit dans le domaine universitaire ou dans le domaine politique, la société civile n’a pratiquement aucune existence. Si nous prenons l’enseignement des relations internationales on cherche en vain les cours où le rôle des structures organisées de la société civile est pris en considération. Il en est de même dans l’enseignement du Droit ou de l’Histoire. Seul l'État, parfois mis à mal par le peuple, a une quelconque importance. Ceci est assez surprenant dans un pays où l’événement révolutionnaire populaire a à plusieurs reprises dicté sa loi au politique en moins de deux siècles. Ce paradoxe s’explique peut-être par le fait que les leçons de l’Histoire n’ont toujours pas été comprises comme l’a montré encore récemment le dernier grand soubresaut de 1968. Mais la grande différence aujourd’hui avec le passé, ce qui ne semble pas avoir été intégré dans la réflexion politique c’est que les réseaux sociaux planétaires sont devenus le moyen d’expression privilégié des structures organisées et que les peuples se sont emparés de ce moyen de diffusion pour leurs revendications. Les analyses des chancelleries ont-elles encore un sens lorsqu’elles se nourrissent exclusivement de la parole officielle ou semi-officielle sans se préoccuper de la « rumeur » internet ? Cette rumeur est tout autant une force qu’une faiblesse pour la démocratie car toutes les manipulations y sont possibles. Mais en refusant de la prendre en considération et d’apporter de nouveaux instruments d’expression populaire les politiques apparaissent comme les défenseurs du passé et non pas les promoteurs de l’avenir. En général la jeunesse ne le pardonne pas que ce soit « ici ou là-bas ».

 

 

 

*  Victor Hugo, « Dicté après juillet 1830 », 10 août 1830, in Victor Hugo, Les Chants du crépuscule, (1ère édition, 1835), Paris, Gallimard, 2002, pp. 25-33.  

RUBIO HUMEURS1  Les mots ont un sens !
RUBIO HUMEURS2  Le monde des ONG et de l'humanitaire va-t-il, lui aussi, connaître son  Weakileaks ?
RUBIO HUMEURS3  Haïti : le cas d’école, hélas !
RUBIO HUMEURS4  ONG, Société civile et Monde arabo musulman
RUBIO HUMEURS5  ONG, société civile, justice internationale et relations internationales. Une révolution silencieuse  permanente 
RUBIO HUMEURS6  « Mieux vaut avoir tort avec Henry Kissinger que raison avec Mère Térésa »
RUBIO HUMEURS7
 « Hier vous n’étiez qu’une foule. Vous êtes un peuple aujourd’hui »* ou comment la diplomatie s’empêtre.
RUBIO HUMEURS8
 Droit d’ingérence, Devoir d’ingérence et confusion totale
Repost 0
Publié par François Rubio - dans Humeurs
commenter cet article

Présentation

  • : ONG & Humanitaire NGOs
  • ONG & Humanitaire NGOs
  • : Francisco RUBIO, maître de conférence à l'université du Mans commente l'actualité des ONG et de l'humanitaire.
  • Contact

A découvrir...

2-Nous sommes tous Charlie

NOUVEAU !

ONG-HUMANITAIRE vous offre un fil d'information temps réel personnalisable sur la base des Google news.
Tapez les mots-clés ou phrases (sans accentuation) correspondant à vos centres d'intérêts et enfin cliquez sur "Voir les infos". C'est VOTRE journal !

ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

mot clé 1 :

mot clé 2 :

mot clé 3 :

mot clé 4 :

 

                                    
 

 

ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

A LA UNE :

 

header-guerre-14-18-300px.jpg
par Francisco RUBIO

ong-humanitaire-rubio-mobile.jpg

RUBIO-dictionnaire-pratique-humanite g

  Vient de paraître - Cliquer sur la couverture ci-dessus.

 

 

 ___________

Articles Récents

  • Simone Veil : hommage et leçons pour toute la classe politique
    Il m’a été donné deux fois dans ma vie de rencontrer Simone Veil : une fois lors d’un colloque de la Société française pour le droit international à Nanterre. Simone Veil était alors présidente du Fonds d’affectation spéciale au profit des victimes de...
  • Peur sur la démocratie ?
    La multiplication des attaques et interdictions sur les ONG est un bien mauvais signe. Égypte, Russie, Hongrie, Chine, Algérie, Soudan, Israël… Tous ces pays ont un point commun : sous des prétextes divers ils viennent d’adopter ou de renforcer leur législation...
  • Un peu partout dans le monde la liberté d'association est menacée. Russie, Chine, Burundi, Georgie, Azrbaïdjan et la liste n'est pas exhaustive hélas, adoptent des législations de plus en plus restrictive sur la liberté d'association sous des prétextes...
  • FOODWATCH - L'ONG qui alimente le débat : hydrocarbures dans l'alimentation en cours d'élimination !
    L'ONG Foodwatch poursuit son action d'information sur les aliments que nous consommons et cela commence à porter ses fruits Chère lectrice, Cher lecteur, Foodwatch poursuit son travail d'alerte sur les produits alimentaires que nous consommons. Certains...
  • L'HUMANITAIRE DANS TOUS SES ETATS - CICR - 21 octobre 2016
    Si ce mail ne s'affiche pas correctement, cliquez ici Rattrapage week-end Chers lecteurs et lectrices, Les combats s'intensifient à Mossoul en Irak. Le CICR se tient prêt à assister immédiatement 270 000 personnes qui pourraient fuir la ville. Le Président...
  • Chère lectrice, Cher lecteur, La crise des réfugiés en Europe est un événement considérable. En effet, c’est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que l’Europe doit faire face à un tel afflux de migrants. Disons migrants et non pas réfugiés....
  • TRIBUNE #3 : DTB Togo
    DTB Togo • 06-12-2016 16:15 • je suis le directeur exécutif de l'association DTB ( développement des techniques de la biodiversité à la recherche d'une association ou ong pouvant nous accompagner dans les thématique agro écologie, environnementale, éducative,...
  • TRIBUNE #2 : Hakimi Abdul Jabar - Global justice newsletter - Coalition for the international criminal court.
    Hakimi Abdul Jabar - Global justice newsletter - Coalition for the international criminal court. The positive contributions made by various ad hoc international penal tribunals such as that of the ICTY & ICTR and the permanent ICC further the promotion...
  • Tribune #1 : ACEH-Les Compagnons Solidaires Action Terre d'Afrique
    TRIBUNE est un espace d'expression pour les ONG et associations offert par ong-humanitaire.com - Emmanuel So'o ateba Cofondateur ACEH Association de Coopération et d'Entraide Humanitaire BP:11369 Yaoundé Cameroun-Afrique centrale Tel:00237.699.74.94.25...
  • CICR - Le rattrapage du week end !
    Chers lecteurs et lectrices, Cette semaine aura été marquée par le bombardement d'un convoi humanitaire à Alep, énième violation grave du Droit international humanitaire dans le conflit syrien. A New-York, aux Nations unies, le président du CICR a appelé...

Fil Info Humanitaire

FilInfoHumanitaire
Informations humanitaires en direct

Visiteurs...